Surfeuses du bout du monde

Livre photo sur l'Océan et ses amazones

Couverture du livre

Loin des clichés habituels, voici le premier livre sur le surf féminin en Bretagne.

Aïcha Dupoy de Guitard et Séverine Rannou parlent de leur passion pour le surf dans cet ouvrage. Depuis plus de 10 ans, ces deux surfeuses prennent des vagues sur cette superbe presqu’île de Crozon. Elles se sont rencontrées sur ce spot et depuis une amitié naturelle s’est créée. Mais dans la vie, Aïcha est aussi photographe et artiste peintre et Séverine est enseignante et poète à ses heures, les deux amies ont donc décidé d’unir leurs compétences au service de leur passion pour le surf et de leur région. Elles publient ce livre autour du surf mais d’un point de vue féminin avec la nature comme thème principal.

L’une capture les moments et les émotions, l’autre donne des mots et un sens à ces images. 140 clichés et une dizaine de textes qui s’adressent également à tous les amoureux de l’océan et des paysages du littoral breton.

Page du livre
Page du livre

Premier livre sur le surf féminin en Bretagne

Surfeuses du bout du monde, c’est un titre qui fait rêver (on part ailleurs avec elles, au bout du monde), c’est un objet qu’on sent bien dans les mains (pas trop grand, 215x155 mm, à la fois ferme et lisse à palper, bien imprimé), ce sont des pages, des photos cadrées qui s’enchaînent mais qui une par une happent le regard (chaque image fait l’effet d’être une petite pépite en soi, une action, un détail, une atmosphère, un paysage avec une alternance sans aucune redondance, comme des notes musicales dûment rythmées sur 150 pages), ce sont des poèmes aux vers ciselés dans la roche, aux mots puisés dans les vagues, aux rimes tournoyées dans l’écume et avec, à côté, la photo qui les lit à voix haute, ce sont deux femmes, auteures du livre, qu’avec d’autres habitantes du coin, on voit surfer, bodysurfer, ramer, marcher, s’élancer, plonger, glisser, loin de tout effet de performance, mais par amour de la mer, d’y glisser, d’y ressentir son corps, d’y libérer son esprit, d’y partager un plaisir et des paroles de filles, moins techniques que celles des garçons, mais toutes aussi nuancées et importantes («pas le nombre de vagues qui compte mais l’émotion sans frustration»), c’est le bout du monde, la presqu’île de Crozon où s’ouvre le monde, d’où part le monde, par où s’entend le monde (et qu’on découvre déferlant, luminescent, étincelant, envoutant, nuageux comme caillouteux, en noir et blanc comme en couleur)...

Gibus de Soultrait, Surfer's Journal.

Préface de Léa Brassy, surfeuse aventurière.

Page du livre
Page du livre
Page du livre
Page du livre

Ils parlent du livre :

Tarif : 29€
Pour commander le livre : poesiedelinstant@gmail.com